logo
facebook_icone

Le spectacle « Parade en façade » fait revivre les personnages intemporels du Cirque traditionnel, au travers d'une galerie de personnages emblématiques : un directeur qui ne vit et ne pense que par et pour son Cirque sans s'autoriser à rêver, une fildefériste séraphique et éthérée, deux sœurs trapézistes et quasiment siamoises, un clown blanc tellement triste qu'il ne fait plus rire les enfants, une fanfare pétaradante tout droit sortie de la piste aux étoiles, et, fatalement, des garçons de piste asservis, soumis et résignés.

Ecriture & mise en scène : Guillaume LAURENT

Distribution :

Corde lisse : Mélusine MARTIN Garçons de piste : Guillaume BALES, David BONNEL, Alice LAURENT, Dorian VERMOT-DESROCHES
Equilibre : Hanno BURGER Comédien : Guillaume LAURENT
Fil de fer : Jeannette BONNEL Vidéo projections : Alexandre PEROTIN
Tissu aérien : Carine MEYER Participants locaux : 10 volontaires et 1 fanfare
Mat Chinois : Camille VAUTRIN  

 

Au cours de cette incroyable parade, les étoiles de ce grand Cirque présenteront les plus grandioses, les plus audacieux numéros : mât chinois, corde lisse, fil de fer, équilibre sur cannes, tissu aérien, le tout en grande hauteur, suspendus aux façades et perchés sur les édifices urbains mis en valeurs à cette occasion en utilisant les « aspérités de l'architecture ». Tout cela pourrait être une jolie « réclame » de la caravane publicitaire de nos Cirques traditionnels, si la lassitude et l'ennui des protagonistes ne
se faisaient sentir, laissant présager l'insoumission et la révolte.
Rien ne va se dérouler comme attendu. Les garçons de piste fatigués d'être malmenés, vont refuser la soumission, se révolter et assouvir leur rêve le plus fou : faire tomber le Directeur.
Désavoué par tous les membres de la troupe le « grand patron » de Cirque,
qui n'avait jamais rêvé qu'au succès, n'a plus qu'à s'effacer : il part la valise à la main.

La vie continue.

Les rires continuent.

Le spectacle continue, présentant l'incroyable ascension d'un garçon de piste, passant du bas de l'échelle à la lumière des projecteurs.

bientot